Adapter un patron à sa morphologie

Chaque morphologie est unique : d’ailleurs, il est assez rare que vos mensurations correspondent parfaitement au tableau de taille ! Poitrine menue, hanches plus développées : il est par exemple courant d’être à cheval sur deux tailles du tableau de mesure. De la même manière, même si vous restez dans une seule taille, vous pourrez, une fois le vêtement cousu, remarquer que le buste n’est pas assez ajusté à votre goût : c’est le cas, par exemple, quand vous êtes dans la tranche basse d’une taille (88 cm de tour de poitrine pour la taille 38, qui va de 88 à 92).

Voici quelques astuces pour choisir votre taille, et effectuer quelques ajustements propres à votre morphologie !

Je recommande toujours de faire une toile avant de coudre un patron pour la première fois dans un joli tissu. Je ne le faisais pas avant, mais depuis plusieurs mois, c’est une case obligée : cela permet d’apporter sereinement d’éventuelles modifications de morphologie, sans risquer d’abîmer le tissu définitif 🙂

Les petits ajustements dans une même tranche de taille

Les principales modifications portent souvent sur :

  • l’aisance au niveau de la poitrine
  • la longueur de vêtement
  • l’ampleur au niveau des bras
  • la longueur d’épaule
  • la hauteur de la pince
  • l’aisance de l’encolure
  • l’ampleur au niveau d’un short ou pantalon, lorsque la pièce fait des “moustaches”

Voici comment résoudre simplement chacun de ces problèmes… Dans tous les cas, je recommande toujours de faire une toile au moment de coudre son vêtement, pour être ainsi certaine de choisir la bonne taille, et avoir la possibilité de tester d’éventuelles modifications sans risquer d’abîmer un tissu 😉

L’aisance au niveau de la poitrine

Ici, la manipulation est très simple : si vous estimez que l’aisance est trop importante au niveau de la poitrine, vous pouvez ôter, au niveau des côtés du buste-devant, quelques millimètres voire centimètres. Je recommande toujours d’y aller 5 mm par 5 mm.

La longueur du vêtement

Les patrons Apolline prennent une stature de 168 cm comme point de référence : si vous êtes plus petite, il vous faudra sans doute ôter quelques centimètres aux manches / jambes / longueur générale du vêtement. Si vous mesurez plus de 175 cm, prévoyez toujours 5 centimètres en plus au niveau des manches, du bas d’une robe ou des jambes d’un pantalon : cela évitera de mauvaises surprises !

L’ampleur au niveau des bras

Comme pour les bustes-côté, il est possible que vous ayez des bras particulièrement fins ou plus potelés. J’indique désormais les dimensions du vêtement porté dans chaque taille, ce qui vous permettra de comparer à votre tour de bras. S’il vous semble que le tour de bras du vêtement est trop proche de votre tour de bras, n’hésitez pas à rajouter quelques centimètres, de manière égale des DEUX côtés de la manche. Idem si vous avez besoin d’en ôter : toujours des DEUX côtés de la manche.

Dans le premier cas, il n’est généralement pas nécessaire de modifier l’ampleur de l’emmanchure car l’ajout des centimètres se font à la marge : toutefois, vous pourrez être contrainte de réaliser des fronces sur le haut de la manche, pour résorber l’embus. Dans le second, gradez vers une taille d’emmanchure du buste-devant plus petite.

La longueur d’épaule

C’est une donnée clé et elle a toute son importance lorsqu’on coud une blouse ou une chemise ajustée (les patrons Ambre ou Rosalie, par exemple). Je conseille toujours de vérifier cette donnée, surtout si on fait moins d’1m60 ou plus d’1m75 😉

Notez que les modifications sur une longueur d’épaule doivent se reproduire sur le buste-devant, le buste-dos, et les parementures associées s’il y en a !

La hauteur de la pince

Selon les morphologies (et l’âge!), la hauteur du saillant de la poitrine varie ! Réaliser une toile permet de vérifier que la pince-poitrine tombe parfaitement. Si ce n’est pas le cas, il est souhaitable de remonter ou rabaisser les 3 pics de la pince (la première valeur de référence est celle du pic situé au niveau du saillant de la poitrine).

L’aisance de l’encolure

Il peut arriver qu’un vêtement vous semble un peu trop ras de cou : encore une fois, cela peut-être du fait de la morphologie, ou tout simplement de l’habitude. Personnellement, j’ai beaucoup de mal à porter des cols roulés car je les trouve oppressants, mais ce n’est pas une vérité, certaines personnes les trouvent confortables de par leur élasticité 🙂

Si vous avez l’impression que l’encolure est un peu ras de cou, deux solutions :

• Pour un col : grader vers une taille supérieure.
• Pour une encolure : vous pouvez tracer un nouveau trait à environ 1 cm (voire 1,5 cm) en dessous du trait correspondant à votre taille. L’encolure devant est souvent celle qui pose problème. N’oubliez pas de reporter la même modification sur la parementure-devant, s’il y en a une !

Les moustaches sur un pantalon

Les moustaches, ou plis sur le devant, peuvent apparaitre lorsqu’on est trop serré au niveau de l’entrejambe d’un short ou pantalon : encore une fois, cela peut dépendre d’une morphologie, notamment de cuisses plus ou moins potelées ou de hauteur du bassin.

Si vous ressentez que le pantalon est trop serré au niveau du pubis, et que vous remarquez des plis horizontaux, il faudra creuser la courbe de la fourche devant. À l’inverse, si l’entrejambe vous parait trop lâche, avec un effet “tombant” vers le bas, il faudra raccourcir la fourche DEVANT et DOS, en ôtant quelques centimètres au niveau de la ligne du bassin.


Mon buste est plus menu que mes hanches (ou l’inverse) : grader entre les tailles

L’avantage des patrons vendus dans le commerce, que ce soit en format pochette ou numérique, c’est qu’on dispose généralement d’une bonne amplitude de tailles (les patrons Apolline vont du 34 au 46). Ainsi, lorsqu’on fait un 38 en haut et un 40 en bas, ou l’inverse, on dispose de tous les éléments nécessaires sur le patron pour l’ADAPTER à notre morphologie.

En soi, rien de bien compliqué. La ligne qui a le plus d’importance est celle de la taille, pour une robe ou une combinaison, puisque c’est celle-ci qui relie le haut.. et le bas !

Dans un premier temps, étudiez bien le tableau des tailles et les dimensions des vêtements, inscrites dans chaque livret d’instructions. Repérez vos tailles idéales !

Ensuite, repérez sur votre patron la ligne de taille : celle-ci est indiquée sur mes patrons de robe qui comportent quatre morceaux (un haut-devant, un haut-dos, un bas-devant, un bas-dos). L’exception est Linda, car le modèle est assez loose et ne nécessitera aucune gradation.

• Si votre buste est plus menu que vos hanches (par exemple : buste en 38, bas en 40) : tracez un nouveau trait qui part du tracé inférieur de la pince (en taille 38), pour rejoindre le bas de la ligne de côté en taille 40. Cela vous permettra d’avoir la bonne largeur lorsque vous assemblerez haut et bas de la robe. Répétez ces opérations sur le haut-devant et le haut-dos.

Si vos hanches sont plus menues que votre buste, faites l’inverse: tracez un nouveau trait qui part du bas de la partie jupe (au niveau des côtés, en taille 38) et rejoint la taille supérieure en haut de la jupe (taille 40). Cela vous permettra d’atteindre la bonne largeur au moment de solidariser le haut et le bas du vêtement. Répétez l’opération sur le bas-devant et le bas-dos.

Je vous conseille d’utiliser une règle pour ces deux types de tracés : cela sera plus précis 🙂

***

J’espère que ces quelques conseils vous seront utiles tout au long de vos cousettes !
À très bientôt,
Estelle

Leave a Reply

Your email address will not be published.

X