Hello Hello !

Quel plaisir de vous retrouver aprĂšs cette pause estivale 🙂 Le blog a pris quelques vacances, bien mĂ©ritĂ©es, qui m’ont surtout permis de me consacrer Ă  ma nouvelle collection de patrons.

Pour nos « retrouvailles », j’ai choisi de rĂ©pondre Ă  LA question qui m’a Ă©tĂ© le plus posĂ©e ces derniers temps : comment diable ai-je commencĂ© la couture ?

Alors… c’est parti !

La couture en autodidacte…

Depuis que je suis enfant, je dois reconnaitre que je n’aime pas vraiment me retrouver dans des situations de « cours », plus ou moins particuliers soient-ils. J’aimais bien l’Ă©cole, mais bizarrement, je trainais toujours des pieds lorsqu’il s’agissait de me rendre Ă  mon cours de piano, ou Ă  la danse. Pourquoi ? Je crois que je suis d’un naturel timide et peu sĂ»r de moi, qui fait que je n’aime pas apprendre, poser des questions, faire des erreurs… devant les AUTRES.

Du coup, lorsque j’ai commencĂ© la couture, la question ne s’est mĂȘme pas posĂ©e : avec le nombre de livres, de blogs et de tutos Youtube Ă  disposition sur le net, j’Ă©tais persuadĂ©e de pouvoir me dĂ©patouiller toute seule.

… Sans compter qu’en apprenant en autodidacte, on Ă©vite l’impact sur un budget dĂ©jĂ  quelque peu serrĂ©Â đŸ˜‰ !

Mes premiers manuels de couture

Atelier Charlotte Auzou

Pour dĂ©buter mon apprentissage de la couture, il me fallait UN manuel de dĂ©butant CONCRET. Je dĂ©teste « perdre mon temps » Ă  travailler des techniques sur des chutes de tissus : c’est le meilleur moyen de me dĂ©courager ! Je ne voulais pas non plus commencer par les accessoires car ce qui me branchait, c’Ă©taient les fringues 😉

Du coup, j’ai achetĂ© un livre de l’Atelier Charlotte Auzou qui tombait Ă  point nommĂ© : « Apprendre Ă  coudre ses vĂȘtements et accessoires« . Je le recommande VRAIMENT. Mais VRAIMENT VRAIMENT. GrĂące Ă  lui, j’ai appris des techniques assez simples tout en cousant mes premiers vĂȘtements : poser un biais pour finir le bord d’une jupe portefeuille, assembler ses vĂȘtements par des coutures simples ou des coutures anglaises, rĂ©aliser des pinces sur un buste devant, faire un ourlet. Et mĂȘme ce qui vient AVANT la couture : distinguer l’envers de l’endroit d’un tissu (ce n’est pas toujours Ă©vident Ă  l’oeil nu), prĂ©parer son tissu pour la coupe (plusieurs techniques de plis), positionner ses piĂšces et dĂ©couper…

Mes premiĂšres rĂ©alisations avec ce livre ont donc Ă©tĂ© la jupe portefeuille, puis la robe droite ! Ce sont des crĂ©ations assez simples, et on se plait vraiment Ă  porter ses premiers vĂȘtements !

Mon encyclopédie de la couture

Assez vite, je me suis quand mĂȘme aperçue que j’aurais besoin d’un vrai manuel assez Ă©pais regroupant les principales techniques de couture. Car quand j’ai commencĂ© Ă  acheter des patrons (grande folle que je suis, j’ai commencĂ© par des Burda ou des Vogue, que je vous dĂ©conseille… c’est similaire au chinois lorsque l’on dĂ©bute la couture !), j’ai souvent buttĂ© sur des techniques qui n’Ă©taient pas explicitĂ©es.

Je trouvais en gĂ©nĂ©ral facilement des tutos sur Youtube, mais avoir une encyclopĂ©die Ă  portĂ©e de main, illustrĂ©e et prĂ©cise, sauve vraiment la mise… et permet un gain de temps considĂ©rable !

Mes parents m’ont offert pour mon anniversaire cette EncyclopĂ©die de la couture (aux Ă©ditions Flammarion). Franchement, elle est vraiment parfaite. On y apprend tout, de la prise de mesures aux techniques de coutures les plus essentielles. Il faut parfois lire, relire et re-relire les explications, mais dans l’ensemble, on comprend vraiment bien. Le livre est particuliĂšrement bien illustrĂ©, ce qui facilite la tĂąche 🙂

Les blogs & chaĂźnes Youtube

Alors que je pensais que les blogs et tutos Youtube constitueraient ma principale source d’information, j’en ai finalement utilisĂ© trĂšs peu…

Pour les techniques, je tombais en revanche trĂšs souvent sur « Coupe-Couture« . Ce blog est une MINE D’OR. Si vous n’avez pas encore d’EncyclopĂ©die (car celles ci sont quand mĂȘme assez onĂ©reuses), vous trouverez absolument tout sur Coupe-couture !

Mon matériel de couture

Il est possible de coudre dans un petit espace, et avec peu d’investissements matĂ©riels 🙂 Tous mes ustensiles couture logent dans une boĂźte et un pot Ă  crayon, et j’ai uniquement un petit bureau sur lequel poser ma machine !

Ma machine Ă  coudre : la Brother FS40

Je ne peux vous parler que du seul modĂšle essayĂ© jusque lĂ  : ma machine, la BROTHER FS40. AprĂšs une an d’utilisation, j’en suis vraiment super contente !

Elle me permet de faire toutes les rĂ©alisations dont j’ai envie, mĂȘme si je pense qu’elle lutterait un peu pour la confection de jeans ou de gros manteaux en laine 🙂 Mais si vous ĂȘtes dĂ©butante, il y a peu de chance que vous vous lanciez dans de telles crĂ©ations !

C’est un type de machine Ă  coudre Ă©lectronique (par opposition aux machines « mĂ©caniques »). Du coup, ma MAC (machine Ă  coudre) fait un bon nombre de choses Ă  ma place : je tape sur des boutons pour rĂ©gler la longueur de point, la tension du fil. Elle fait elle-mĂȘme les boutonniĂšres, je n’ai qu’Ă  la rĂ©gler pour cela.

Je pense que si l’on souhaite coudre sans trop s’ennuyer (aprĂšs tout, pourquoi devoir savoir rĂ©gler son point mĂ©caniquement quand la technologie nous permet d’appuyer sur un bouton?), l’option électronique, certes un peu plus chĂšre, permet un gain de temps inestimable !

J’ai eu ma MAC Brother FS40 pour 170€, car elle est trĂšs rĂ©guliĂšrement en promo chez La Redoute !

Le seul bĂ©mol que certaines trouveront Ă  la Brother est de ne pas avoir de systĂšme auto-guidĂ© pour insĂ©rer le fil dans l’aiguille, mais je trouve qu’on y arrive trĂšs bien Ă  la main 🙂

Les ustensiles de base

Pour commencer Ă  coudre, il vous faudra quelques ustensiles de base, dont voici les principaux :

– un set d’Ă©pingles, ainsi qu’un support en mousse pour les poser (les deux sont souvent vendus ensemble)

– une bonne paire de grands ciseaux pour couper le tissu, et de plus petits pour couper les fils. Ne faites pas l’impasse lĂ -dessus : mĂȘme si une paire de ciseaux semble chĂšre, elle est vraiment INDISPENSABLE pour des piĂšces bien nettes 😉

– un « dĂ©coud-vite« : long de quelque centimĂštre, il agit comme une baguette-magique lorsque vous vous trompez, et vous permet de dĂ©coudre n’importe quoi sans abĂźmer le tissu !

– une craie, pour marquer des repĂšres sur vos piĂšces, notamment pour la confection des pinces…

– des aiguilles pour votre machine Ă  coudre. Il est un peu perturbant au dĂ©but de s’y retrouver en termes de taille… en gĂ©nĂ©ral, je couds avec une 70 ou 80, sauf pour les tissus fins oĂč je descends Ă  60 ! Pour les tissus plus Ă©pais, 90, et pour les jeans, 100 Ă  110 !

– un mĂštre ruban

– un petit tournevis pour changer les pieds-de-biche de votre machine (vous comprendrez cela en achetant votre premiĂšre MAC, et en lisant attentivement le manuel d’utilisation…!)

– un retourne-biais, qui vous permettra de retourner rapidement des bretelles, liens Ă  nouer, etc, etc.

– des bobines de fil de la couleur de votre tissu 😉

– une grande rĂšgle en mĂ©tal (minimum 50 cm !)

– du papier-calque pour recopier vos patrons (parce que les couper, c’est un peu barbare 😉)

Et c’est tout !

Vous voyez, ce n’est pas SI effrayant…

La couture en pratique

L’Ă©tape cruciale du choix des tissus

C’est de ce cĂŽtĂ© que ça se corse. En dĂ©butant la couture, j’ai trouvĂ© qu’il s’agissait lĂ  du plus difficile… Apprendre Ă  distinguer les diffĂ©rents types de tissus (par exemple, entre la baptiste de coton, la gabardine, la toile de coton, le voile de coton…), et Ă  les visualiser, afin de savoir si ceux-ci se prĂȘteront bien au projet que l’on a en tĂȘte !

Je ne vais pas vous mentir… il y aura des ratĂ©s ! Mais voici tout de mĂȘme quelques astuces pour ne pas trop se tromper 🙂

– Au dĂ©but, prenez le temps de vous rendre dans un VRAI magasin de tissus. Un magasin physique oĂč vous pouvez toucher, froisser, observer. Faites dĂ©filer les rouleaux sous vos doigts, et regardez bien les Ă©tiquettes, qui vous indiqueront prĂ©cisĂ©ment la composition et le « nom » du tissu. Vous ne vous en rappellerez pas du premier coup, il faudra renouveler l’opĂ©ration, mais c’est le meilleur moyen de se familiariser avec la matiĂšre 🙂

– Alors certes, vous serez vite tentĂ©es de trouver des tissus sur les formidables e-shops à votre disposition (Pretty Mercerie, Little Fabrics, The Sweet Mercerie, Fil-Etik)… Si vous hĂ©sitez sur un type de tissus, je vous conseille de bien lire les descriptions. Elles vous indiqueront les rĂ©alisations auxquelles se prĂȘtent tel ou tel tissu. Sachez enfin qu’en ligne, les retours ne sont pas toujours acceptĂ©s, puisqu’il s’agit de tissus « à la coupe », donc personnalisĂ©s.

Les kits « prĂȘt-Ă -coudre »

Il existe Ă©galement des concepts ultra-sympas pour les dĂ©butants (et intermĂ©diaires, selon le modĂšle choisi), comme celui de Fier comme un Paon. L’idĂ©e ? Vous proposer des kits « prĂȘt-Ă -coudre » pour des piĂšces intemporelles. Le principe est simple : la marque sĂ©lectionne des tissus, en diffĂ©rents coloris, et pense des patrons. PUIS, gain de temps ultime : vos piĂšces sont dĂ©coupĂ©es quand vous les recevez. Vous n’avez vraiment plus que la partie FUN : la couture !

Lorsqu’on dĂ©bute la couture, je trouve ce concept particuliĂšrement pratique et motivant : vous ne risquez pas de faux pas en termes de tissus, et vous ne vous dĂ©couragez pas avec la partie « dĂ©calquage de patron » + dĂ©coupe 😉

***

VoilĂ … je crois que j’ai fait le tour de ce VASTE sujet… Surtout, si vous avez d’autres interrogations, postez les en commentaire ! J’ajouterai ainsi une petite FAQ Ă  la suite de cet article, qui pourra ĂȘtre sacrĂ©ment utile !

Et si vous avez de bonnes références pour débuter la couture, PARTAGEZ-LES !

À trùs vite,

Estelle

Mes astuces et conseils pour bien commencer la couture et progresser rapidement / Blog-mode-couture-some-place-called-home