CATÉGORIES

Inspirations pour vos projets

Les DIY des patrons

Les coulisses d'Apolline Patterns

Le guide pour débuter la couture

Les astuces couture

Le 22 mars 2020

J'ai quitté mon job en CDI pour Apolline Patterns !

Hello ! J’espère vous vous allez bien 🙂 

On se retrouve aujourd’hui pour parler de la grande nouvelle que je vous ai annoncé sur Instagram dimanche soir : j’ai quitté mon job en CDI pour me consacrer à ma propre entreprise, Apolline Patterns ! J’ai expliqué brièvement les raisons qui m’ont conduite à faire le GRAND SAUT lors du « live » Instagram, mais comme celui-ci est éphémère… je suis heureuse de laisser une trace sur ce blog !

L’idée…

Cela fait bien entendu plusieurs mois que la réflexion fait son chemin ! Je pense que l’idée était présente dès lors que j’ai commencé à « brander » ma marque (lui donner un nom, une identité visuelle…) : on était début 2019. J’avais déjà commencé à vendre mes patrons depuis un an via mon blog, ceux-ci plaisaient, je comptais de plus en plus de clientes. Je nourrissais en secret l’envie de voir plus GRAND et d’OSER vivre de ma PASSION. L’accueil incroyable réservé à ma première collection Apolline Patterns, en mai 2019, m’a donné l’impulsion nécessaire pour me dire qu’à présent, ma petite entreprise était ma priorité (professionnelle, j’entends).

Entre l’idée et la « concrétisation », il s’est donc passé presqu’un an. Je ne suis pas d’un tempérament à prendre des risques facilement. J’ai été élevée en pensant que le CDI dans une entreprise était LE contrat qu’il fallait décrocher. Monter mon entreprise seule et m’assumer seule ? WAOUH. Cela ne faisait pas du tout partie de mes projets d’avenir, en tout cas il y a cinq ans.

J’ai souhaité, pour me rassurer et mesurer le risque, faire une « année-test » pour voir si je pourrais m’assumer financièrement avec Apolline Patterns (loyer, téléphone, électricité). Première conclusion: oui, cela était possible. Deuxième conclusion : il faudrait apprendre à gérer mon argent différemment, car les revenus sont fluctuants entre les lancements de collection et le rythme « normal » (avec ses périodes creuses). Mais j’aime relever les défis !

Surtout, avec à présent des journées entières consacrées à mon entreprise, j’ai enfin le temps de développer de nouveaux canaux, de nouveaux projets. Un livre, des masterclass ou cours en ligne, par exemple, qui sait ? 

La concrétisation

L’année-test a été un peu précipitée par l’ampleur que prenait Apolline Patterns. Je ne m’attendais pas à avoir une collection automne-hiver aussi plébiscitée, et encore moins préparer une capsule mariage totalement dingue avec Atelier 27 France. J’avais beaucoup de mal à tenir le rythme entre mon travail à 39h et le temps que me prenait Apolline Patterns, toujours plus important.

Je voyais aussi arriver l’échéance de mon mariage, en septembre 2020, en me disant : « comment vais-je travailler à 39h, préparer mon mariage et en profiter, et sortir une collection automne-hiver 2020? ». 

Fin décembre, j’ai donc pris la décision : j’allais quitter mon boulot, en comptant 2-3 mois de préavis, pour me consacrer à Apolline. Ça nous amènerait en avril, parfait pour sortir la collection été et préparer l’automne calmement, tout en m’occupant du mariage !

L’annonce

Je ne pensais pas que l’annonce de mon souhait de partir m’affecterait autant (via une rupture conventionnelle). Dans ma tête, je m’étais dit que j’allais démissionner, ça me semblait plus simple, je n’aurais pas l’impression de « demander » quelque chose. Et d’un autre côté, je ne m’exposais pas à ce que l’on discute mon choix, si je démissionnais. Mes proches m’ont toutefois conseillé de demander une rupture conventionnelle, pour de multiples raisons (toucher mon indemnité de départ, notamment).

J’ai annoncé la douloureuse le 06 janvier à mon patron. J’avais prévu d’attendre mi-janvier, mais j’étais tellement angoissée (le ventre noué, mal à la tête) que je l’ai fait le jour de son retour de vacances (je sais, pas sympa). À ma grande surprise, il a accepté la nouvelle avec beaucoup de compréhension. 

Je lui ai expliqué que je ne me retrouvais pas dans mon poste de chargée de relations presse dans le secteur immobilier et que je souhaitais me consacrer à la couture. Ma rupture a été acceptée, mais il m’a bien fallu trois semaines pour redescendre en pression. 

C’est à ce moment que j’ai quitté les réseaux sociaux une dizaine de jours, car je n’arrivais plus à faire face. J’avais de gros maux de crâne, besoin de respirer, de faire le vide, de me ressourcer 🙂 Heureusement, au bout de trois semaines, du yoga, des séances de kiné et d’hypnothérapie, j’ai pu reprendre le boulot. Nous avons fixé ma date de départ au 20 mars. J’étais on ne peut plus heureuse et en phase avec mon choix !

Et maintenant ?

Ma nouvelle vie est toute fraiche, puisque ça fait une semaine que je suis « libre » (officiellement, je suis en train d’écumer mes congés payés restants) ! Alors je profite, malgré le confinement, de ce petit bonheur retrouvé, en essayant de prendre du temps pour me reposer

Au départ, j’avais prévu, à la sortie de mon CDI, de prendre trois semaines de vacances. Je devais passer la première au ski avec mes parents (annulé du fait du confinement), passer la seconde à Paris, tranquillement, et la troisième à Angoulême chez mes parents (également annulée du fait du confinement). Donc j’ai recommencé à bosser, mais j’essaie de ne pas trop trop travailler. Je pense sincèrement qu’il est nécessaire de prendre du temps pour soi entre deux jobs. Le seul souci ? Avec le confinement, dur de ne pas tourner en rond à la maison ! Alors je couds, je couds les stocks restants et je fais des petites vidéos sur IGTV, qui ont l’air de beaucoup vous plaire !

À bientôt,
Estelle

2 Replies on J’ai quitté mon CDI pour Apolline Patterns !

  • Julie dit :

    Génial! Merci de partager ton cheminement et le grand saut du CDI à l’entreprenariat!
    Comment t’es-tu formée en modélisme? Est-ce que tu as passé le CAP couture? Je réfléchis aussi à laisser ma passion couture prendre une plus grande place dans ma vie et peut-être la transformer en une nouvelle aventure pro… mais je ne sais pas trop par où commencer (#SyndromeDeL’imposteur 😉 ). C’est un peu bête, mais ce qui m’intimide c’est le côté marketing et présence quotidienne obligée sur les médias sociaux! Comment gères-tu cet aspect de l’entreprenariat?
    En tout cas, bravo et je te souhaite beaucoup de succès et de bonheur en 100% Apolline!

    • Estelle dit :

      Bonjour Julie,

      Je te remercie pour ton message. Chaque parcours est différent. Si je devais te donner un seul conseil pour savoir par où commencer, ce serait de réfléchir à ce que tu souhaites « te réserver » comme missions, ce qui te plait le plus. Afin de voir si une formation est nécessaire. Ce tri te permettra d’identifier aussi la bonne formation.

      De mon côté, j’ai appris en autodidacte le modélisme. Et j’ai l’habitude de dire que mon quotidien de cheffe d’entreprise est assez peu rempli de modélisme ou couture ! Mon quotidien, comme tu le mentionnes (craint?), c’est effectivement énormément de mise au point de fichiers numériques, de tournage de DIY vidéo et montage vidéo, de communication & de community management, de service client… Ma formation initiale est un Master Journalisme / Communication, mes premiers jobs ont été fait en rédaction TV puis en agence de communication, j’avais donc déjà 80% des compétences pour diriger mon entreprise. Parce que j’ai décidé, dans mon organisation, de privilégier la communication que j’adore, de faire de la vidéo moi-même car je savais le faire… quitte à, si j’ai des limites en modélisme sur certains patrons, faire appel à des modélistes qui travaillent pour des entreprises, ponctuellement 🙂

      Bonne continuation !
      Estelle

Commenter

Your email address will not be published.

Les patrons Apolline Patterns

Le blog a été repensé pour vous apporter toujours plus d'inspirations et de conseils couture. Restez informé.
Le blog a été repensé pour vous apporter toujours plus d'inspirations et de conseils couture. Restez informé.